Alerte aux vivants!!!

Publié le par Editions L'Art de Vivre

Alerte aux vivants

et qui veulent le rester!

Un livre de Pierre Gevaert

En cette période d'abondance - le croiriez-vous? -, l'humanité est menacée de famine.

"«Le monde ne va pas bien mais il va et, s’il va, il ira encore demain». C’est probablement humain de penser ainsi, mais un peu étonnant lorsque l’on sait qu’en moins d’un siècle de prédations infligées à la planète, les humains sont arrivés à détériorer ses fondements vitaux: l’air, l’eau, les sols, les forêts, le climat, etc. Comment ne pas s’en inquiéter, alors même que ceux qui avaient la charge de l’environnement naturel sont presque tous partis avec leur savoir-faire? Qui va prendre la place de ces courageux paysans, artisans et autres gardiens de la terre? Est-il possible de transformer ce malheur en bonheur? Oui, répond l’auteur de ce livre que Pierre Rabhi décrit dans sa préface comme «une de ces personnalités trop rares auxquelles le qualificatif d’homme d’expérience s’applique parfaitement».

Notre civilisation moderne, essentiellement technologique, ne pourrait continuer à fonctionner qu’avec un pétrole abondant et bon marché. Or chacun sait aujourd’hui que ce temps est révolu à brève échéance. Alors, «Alerte aux vivants!», ce cri d’alarme est lancé par cet ouvrage pour exhorter tous ceux qui veulent rester vivants à remettre les pieds sur terre. Il ne s’agit plus de «déclarer la guerre» au cancer, à la faim dans le monde, au terrorisme, au chômage, etc., autant d’incantations stériles qui ont prouvé leur inutilité, alors même que c’est l’ensemble du système sociétal moderne qui est vicié et responsable de tous ces maux. Il est grand temps de déclarer la paix à la Création.

C’est un véritable programme pour la survie, notamment alimentaire, que dresse l’auteur, homme de terrain et de conviction, qui propose, à tous ceux qui le désirent, de retrouver un lieu de vie à la campagne, non pas seulement pour y «goûter» le calme, l’herbe verte et le chant des oiseaux, mais surtout pour se remettre à soigner la nature, à panser ses blessures, à nourrir les générations présentes et futures, et à y retrouver la convivialité et l’entraide qui naissent aussitôt que la vie reprend du sens."
 

 

L’auteur

Né en 1928, auteur de deux autres ouvrages («L’Avenir sera rural», en 1992 et «L’exode urbain... est-il pour demain?», en 1997) Pierre Gevaert créa en 1957 la société LIMA, qui deviendra le champion européen de la fabrication des produits alimentaires biologiques. À partir de 1979, il jouera un rôle important dans l’organisation de la filière Bio dont les travaux serviront de base à l’élaboration des réglementations officielles. En 1993, il sera l’initiateur d’un éco-village dans le Lot et Garonne. Il sillonne, à 80 ans, les villages du Sénégal pour y marier la renaissance des traditions ancestrales: compostage, protection contre l’érosion des sols, avec les apports modernes: électricité éolienne, cuisson solaire, etc.

 

Auteur: Pierre GEVAERT

éditeur: Ruralis

Description: La société moderne industrielle et urbaine, ivre de consommation, a mis à sac la Nature. Que nous le voulions ou non, c'est contraints et forcés, pour essayer de survivre, qu'une société à prédominance rurale s'imposera bientôt. Dans son ouvrage, Pierre Gevaert donne des “idées force” très concrètes pour une réorganisation profonde de nos sociétés.

Référence: ISBN 2-7029-0309-6

Dimention: 14 cm X 21 cm.

Nombre de Pages: 303


Lire: "Alerte aux vivants  ... Et qui veulent le rester" par Pierre Gevaert

(Préfacé par Pierre Rabhi).

  Il s'agit du troisième livre de Pierre Gevaert après «L'avenir sera Rural» sorti en 1992, et «L'exode urbain... est-il pour demain?» en 1997.

Pour commander ce livre:

Cliquez ICI.


 
 
Martine Picot-Gevaërt à propos de son père:

«Mon père, ce pionnier et personnage avant-gardiste dans le monde de l’agrobiologie, de l’écologie et de l’alimentation complète biologique est un être parfois difficile à comprendre.

Fondateur et responsable de l’entreprise agroalimentaire LIMA pendant 30 ans, il eut une façon atypique de gérer, en se négligeant souvent lui-même afin de mieux payer ses collaborateurs. Lorsque les bénéfices industriels s’annonçaient bons il préférait mieux payer les agriculteurs bio au détriment de ses actionnaires. Car, agriculteur né dans l’âme et dans l’esprit il comprenait bien les réels problèmes des paysans et de ceux en bio en particulier.

Sa faculté visionnaire d’anticiper les événements futurs, et son opinion sur l’évolution néfaste qu’a eu l’industrialisation sur l’agroéconomie et les éco-systèmes lui donnent souvent raison, mais il reste très touché et meurtri par l’attitude passive de la société.

Son avance sur les évènements fait qu’il n’est pas toujours compris dans sa façon de faire. Il pense plus à l’intérêt général qu’à lui-même ou à sa famille tant il a l’assurance que seul l’esprit collectif est vital. Avec ma mère qui l’a bien secondé, il n’a eu de cesse de mettre sur pied un éco village basé sur l’entraide et l’esprit collectif.

Le dernier en date, en Lot et Garonne, semble pouvoir un jour arriver à cet idéal, qui est difficile à réaliser tant que l’occident vit de ses richesses et de consommation facile qui ruine la planète et encourage l’individualisme et la concurrence.

Heureusement pour mon père, l’Afrique Sahélienne lui a redonné un moral de fer, parce que dans les villages parmi les plus pauvres au monde, il existe justement cet esprit collectif et solidaire qui leur permet non seulement de survivre mais d’être heureux du fond du cœur.

Il pense donc avec humilité que ces dizaines de milliers de villages Sahéliens doivent être aidés en priorité d’autant plus que ce ne sont pas eux qui sont responsables de la désertification, laquelle a commencé lors de la colonisation.»


Source: http://www.sahelpeopleservice.com/qui.php

 


Pour une présentation plus complète du livre: "Alerte aux vivants et qui veulent le rester",

cliquez ICI.


Pour en savoir plus sur Pierre Gevaërt, un homme pour la Terre,

 

 

Publié dans L'Art de Vivre

Commenter cet article